07.87.20.95.86         jymvtc@gmail.com

 

Réservation en ligne
"Voyagez confortablement, tous ensemble"

Baud

Circuit historique seconde guerre mondiale

Occupation
Il y avait à Baud un dépôt de munitions, constitué d’une centaine de soldats allemands et de prisonniers français d’Afrique. A la gare il y avait un dépôt de matériel de la marine allemande. La résistance l’a attaqué le 7 avril 1944. Plusieurs unités allemandes séjournent à tour de rôle à Baud et dans les environs tout au long de l’occupation. Le 7 février 1944, des feldgendarmes, épaulés de membres du Bezen Perrot et du groupe de Guy Vissault de Coëtlogon arrêtent 17 résistants à Baud, Bubry, Camors et Quistinic.
Le maquis de Ploumein
Lors de la Seconde Guerre mondiale, le lieu-dit Poulmein, situé à environ deux kilomètres au nord de Baud, est choisi pour servir de base au maquis de la zone. Le 10 février 1944, dénoncés, des membres du maquis sont sur le point d’être arrêtés alors qu’ils sont en route vers Hennebont. Une fusillade éclate et les maquisards se replient vers Poulmein pour alerter leurs camarades qui décident de fuir en effaçant les traces de leur passage dans la ferme qui leur sert de camp de base. La carte d’identité d’un des résistants est retrouvée sur les lieux du combat par un ouvrier ; un jeune homme nommé Louis Le Gal, connaissant la personne titulaire de cette carte, décide de la lui rapporter.
Ce dernier en route rencontre à Tallen un jeune fils de cultivateurs, Mathurin Henrio, qui décide de l’accompagner. Arrivés à la ferme, les deux jeunes aident les maquisards à charger leurs affaires et leur armement mais ils sont surpris par les Allemands.
La plupart des résistants parviennent à s’enfuir, mais deux sont faits prisonniers et deux autres abattus. Mathurin Henrio, s’enfuyant à travers champs, est abattu d’une balle dans le dos avant d’être achevé.
Son corps est exposé le lendemain dans la mairie de Baud. Le surlendemain, près de 3 000 personnes participent à son enterrement.
Il est fait compagnon de la Libération à titre posthume, par décret du 20 novembre 1944. C’est le plus jeune des 1 038 résistants à avoir reçu cette décoration. Il est également décoré de la Croix de guerre 1939-1945.
Borne de la liberté
Une borne est érigée devant la mairie en mémoire de la libération par la 4th Armored Division américaine en août 1944.
Profitez d’un récit complet avec Jym VTC !